Sélectionner une page

© Croix-Rouge malgache

Dans le Sud de Madagascar, la sécheresse a des conséquences très lourdes sur la sécurité alimentaire : selon le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), plus d’un million de personnes sont menacées par la famine. Face à ce constat alarmant, la Croix-Rouge malgache (CRM) met en œuvre des actions de réponse à la crise alimentaire et assiste des milliers de personnes affectées, dont des détenus. 

Au sein du milieu carcéral, la malnutrition touche de plein fouet les personnes détenues. En effet, les rations prévues par l’administration pénitentiaire sont insuffisantes, ce qui rend les détenus dépendants de la nourriture apportée par leur famille pour bénéficier des apports nutritionnels suffisants. Or ces dernières, qui peinent déjà à répondre à leurs propres besoins, ne parviennent plus à subvenir à ceux de leurs proches incarcérés. Il faut ajouter à cela, l’absence de soins médicaux et le manque d’hygiène au sein des établissements pénitentiaires, ce qui ne fait qu’aggraver la situation et met leur vie en péril.

Déjà en 2015, le Comité international de la Croix-Rouge estimait qu’un détenu malgache sur deux souffrait de malnutrition modérée ou sévère. La sécheresse qui touche le Grand Sud n’a fait qu’empirer la situation. 

Avec le soutien de la PIROI, la Croix-Rouge malgache s’est mobilisée pour répondre aux besoins vitaux des personnes détenues dans les prisons de Ampahiny et Ambovombe dans le Sud de Madagascar. L’objectif principal de l’opération était de leur fournir des rations alimentaires (riz, haricot sec, huile, sel) pour 15 jours ainsi que des articles d’hygiène (savon, couverture, gobelet, etc). Au total, les distributions ont permis de répondre aux besoins de 640 personnes détenues. Un suivi post-distribution a été assuré par 15 volontaires de la CRM pendant deux semaines afin de distribuer des repas chauds et d’effectuer le suivi des rations journalières. 

 

Cette opération a été réalisée grâce au soutien financier de l’Aide humanitaire de l’Union européenne.