Dineo, Cyclone Tropical de catégorie III, a frappé le Mozambique le 15 Février dernier. La province d’Inhambane, au Sud du pays, a été particulièrement impactée par les vents violents et les fortes pluies. Face à l’urgence, la Croix-Rouge du Mozambique (CVM) a rapidement déployé de nombreux moyens.

Avant le passage de Dineo, un important travail d’alerte et d’évacuation de la population a ainsi été conduit par plus de 1000 volontaires dans les zones les plus à risque. Ces actions de prévention menées en coordination avec le gouvernement mozambicain ont permis de réduire l’impact du cyclone sur les populations.

Après le passage de Dineo, la CVM a mis en place un plan d’aide d’urgence avec le soutien de la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Celui-ci s’étend sur une période de deux mois et nécessite un budget total d’environ 105 000€, mobilisés grâce au Fonds d’urgence pour les secours lors des catastrophes (DREF) de la FICR.

Le plan d’action de la CVM est partagé en deux grands objectifs. Le premier consiste à évaluer les dégâts causés par le cyclone et les besoins immédiats de la population. D’après les premières conclusions de cette analyse, de fortes inondations étaient à craindre, notamment dans la région de Gaza et d’Inhambane où de fortes pluies avaient déjà rempli les nappes phréatiques à leur maximum au mois de janvier. En plus d’affaiblir le sud du pays déjà fragilisé par deux années consécutives de sécheresses, ces inondations pourraient avoir des conséquences sur l’hébergement, les conditions d’hygiène et l’accès à l’eau potable pour les populations.

Le deuxième objectif du plan d’action de la Croix-Rouge du Mozambique prévoit la mobilisation de volontaires pour porter assistance à 5 000 personnes sinistrées. Pour ce faire, près de 1000 kits d’abris d’urgence (shelter tool kit) ont été distribués aux familles les plus vulnérables.
mozambique_-_gaza.svg-2.jpg

suscipit Aenean non ipsum massa amet, vel, Lorem Donec Donec