La Croix-Rouge française (CRF) implante une délégation permanente au Mozambique dans la province de Zambezia (district Luabo), afin de soutenir les efforts de développement déployés par la Croix-Rouge du Mozambique (CVM). La délégation de la CRF-PIROI au Mozambique permettra la mise en œuvre d’un nouveau projet de renforcement de la résilience des communautés locales, de la CVM et des institutions face aux risques de catastrophes et aux conséquences du changement climatique.

Le Mozambique, qui se situe à l’aval de neuf grands bassins fluviaux du sud-est du continent africain, est un territoire particulièrement vulnérable face aux aléas climatiques. Sa situation géographique l’expose de manière cyclique aux risques d’inondations, de cyclones tropicaux et de sécheresses. Le pays est fragilisé par la récurrence des catastrophes qui ralentissent son développement : depuis 2000, plus de 61 catastrophes naturelles ont été recensées dans le pays, affectant près de 20 millions de personnes. 

Face à la nécessité de renforcement des capacités locales de préparation et de réponse aux catastrophes, la Croix-Rouge française et l’Agence française de développement (AFD) ont initié fin 2019 des discussions portant sur la mise en place d’un partenariat dans le domaine de la gestion des risques. 

Cette collaboration voit aujourd’hui le jour avec le lancement du Projet “ECO-DRR” qui sera mis en place conjointement par la Croix-Rouge française, le WWF et Biofund, avec le concours financier de l’AFD. Ce projet multi-acteurs vise à renforcer la résilience des écosystèmes, de l’économie, des institutions et des communautés face au changement climatique dans le pays. Pour réduire l’impact des catastrophes climatiques, le projet est composé de trois volets :

  • Le premier volet mis en œuvre par la CRf et la CVM se focalise sur le renforcement des capacités des acteurs locaux de la gestion des catastrophes dans le delta du Zambèze. Les objectifs de cette composante reposent sur la mise en œuvre d’une approche communautaire de réduction des risques de catastrophe dans le district de Luabo ; le renforcement des capacités de préparation et de réponse aux catastrophes de la CVM au niveau national et provincial ; et le développement de l’efficacité des acteurs de la gestion des catastrophes dans leur réponse d’urgence. Cette composante sera réalisée conjointement avec l’Institut national mozambicain de gestion des catastrophes naturelles (INGD).
  • Le deuxième volet mené par WWF consiste en la protection, la restauration et la gestion durable des écosystèmes de mangroves dans le delta du Zambèze.
  • Enfin, Biofund assure le troisième volet avec la mise en place d’un « Fonds spécifique pour atténuer les effets du changement climatique » qui permettra de développer la résilience financière du système des aires de conservation.

Le projet a débuté au mois de mars 2021 et il sera mis en œuvre pendant au moins 2 ans. 

 

elementum vulputate, quis Aliquam dapibus justo id lectus