Sélectionner une page

Dans le cadre du projet de gestion des risques de catastrophes à Mayotte, les équipes de la Croix-Rouge française (CRF) ont actualisé leur plan d’urgence dans l’objectif d’assurer une opération de secours rapide, coordonnée et efficace en cas de cyclone. Ce document de planification permet de définir des procédures de mise en œuvre des activités de réponse lors d’une crise cyclonique, ainsi que des engagements de la CRF au sein du dispositif ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile).

Lorsque survient une situation d’exception – telle qu’une catastrophe liée à un phénomène cyclonique – les bénévoles de la CRF sont parmi les premiers intervenants sur le terrain pour répondre à l’urgence aux côtés des pouvoirs publics. 

Afin de renforcer les capacités locales de réponse aux conséquences d’un cyclone sur le territoire mahorais, 24 salariés et bénévoles des différentes entités de la CRF se sont réunis pour travailler ensemble sur la mise à jour du plan d’urgence. Ce travail a permis : 

  • d’identifier le rôle et les responsabilités de chaque partie prenante ;
  • de définir les actions à mettre en œuvre en fonction de chaque phase d’alerte cyclonique ;
  • de mettre à jour les mécanismes de coordination interne et externe ;
  • d’analyser les capacités existantes.

À Mayotte, la CRF est en mesure d’appuyer la gestion de 10 centres d’hébergement d’urgence permettant d’accueillir 500 personnes.

Afin de se préparer à la prochaine saison cyclonique, un exercice de simulation suivi d’un retour d’expérience sera organisé pour mettre en application le contenu du plan d’urgence lors d’une gestion de crise fictive. Des formations des bénévoles et des salariés seront également mises en place pour faciliter la diffusion des messages de sensibilisation et des comportements à adopter auprès des communautés mahoraises. En ce sens, une formation a déjà permis de constituer une équipe de prévention au risque cyclonique. 

 

Ces actions sont réalisées avec le soutien de l’Union européenne à travers le programme INTERREG, l’Agence française de développement, la Préfecture de Mayotte et le Conseil départemental de Mayotte.